MAI NOUVELLES PARUTIONS PRIX LITTÉRAIRES

mai 30, 2018

 

En mai, Prise de parole publiait deux études et une pièce de théâtre

  • deux études portant sur des sujets difficiles qu’il est pourtant essentiel d’aborder : la violence faite aux femmes et l’homicide du partenaire intime
  • un huis clos du dramaturge et comédien Alain Doom

Les MÉDIAS DU LIVRE sont invités à demander un service de presse par courriel, par téléphone ou en remplissant ce formulaire.


La violence faite aux femmes et l’état de stress post-traumatique

Le témoignage de femmes à Sudbury

MONIQUE BENOIT ET MARC TROTTIER

AGORA

 

La violence conjugale provoque des traumatismes graves chez les femmes qui la subissent et peut mener jusqu’au développement d’un état de stress post-traumatique (ÉSPT). Comme la recherche sur ce trouble est incomplète, le présent ouvrage examine, à partir de témoignages recueillis auprès de victimes et d’intervenantes du Centre Victoria pour femmes et du Centre de counselling de Sudbury, les liens entre la violence conjugale et l’ÉSPT, et plaide l’urgence d’intégrer ce diagnostic aux programmes de traitement offerts aux femmes.

L’ouvrage se penche également sur le contexte sociopolitique et culturel de la violence faite aux femmes. À cet égard, il évalue que si les centres d’aide de Sudbury réussissent à offrir un soutien de première ligne, ils ne parviennent pas à prendre adéquatement en charge l’ÉSPT avec lequel une part de leur clientèle doit composer – et ce, particulièrement dans les milieux francophones minoritaires. C’est pourquoi il milite pour l’adoption d’une thérapie cognitivo-féministe et l’élaboration d’une offre de soins impliquant la collaboration de plusieurs intervenants : travailleuses communautaires, psychologues, forces de l’ordre, etc. Cette approche intégrée permettrait de donner aux victimes le soutien dont elles ont besoin pour vivre pleinement à nouveau.

212 pages︱22 mai

Papier︱978-2-89744-117-3︱26,95$︱Numérique 19,99$

MONIQUE BENOIT a enseigné au département de sociologie de l’Université Laurentienne avant de se joindre à l’Université du Québec en Outaouais. Ses domaines d’expertise sont la sociologie de la santé et l’organisation des soins.

MARC TROTTIER est conseiller en santé mentale au Collège Boréal de Sudbury. Spécialiste des troubles anxieux, de l’humeur et de la personnalité, il s’intéresse au phénomène de stress post-traumatique et à sa relation avec la violence conjugale.

 

 

 

 


Le meurtre du partenaire intime

Relation et émoraison

MÉLANIE GIRARD ET SIMON LAFLAMME

ÉPISTÉMÈ

 

Au Canada, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à être tuées par leur partenaire intime. Ce fait, combiné à une théorie usuelle qui aborde ce type de meurtre comme un acte rationnel – l’homme tue dans le but de contrôler, la femme pour se protéger – tend à essentialiser les sexes.

La recherche ici présentée donne une lecture différente du phénomène. Reposant sur un échantillon de 120 meurtres du conjoint perpétrés par autant d’hommes que de femmes et deux ensembles de données – les décisions de la Commission des libérations conditionnelles du Canada et les transcriptions des audiences devant la Commission – elle démontre que chaque homicide survient dans une relation particulière tout en présentant des facteurs récurrents, et qu’il se situe entre le prévisible et l’imprévisible, la conscience et l’inconscience, du geste posé. À ce titre, l’approche relationnelle que proposent les chercheurs a pour avantage d’aborder l’humain dans la complexité de ses dimensions rationnelles et émotives et devient un outil pour mieux comprendre le maricide et l’uxoricide, voire les dynamiques propres à chaque sexe.

315 pages︱8 mai

Papier︱978-2-89744-108-1︱31,95$︱Numérique 23,99$

Spécialiste des théories sociologiques et des études relationnelles, MÉLANIE GIRARD est professeure de sociologie à l’Université de Hearst. Ses recherches portent sur les jeunes, les autochtones et les rapports entre les sexes dans un contexte de nordicité.

SIMON LAFLAMME est professeur titulaire en sociologie à l’Université Laurentienne, à Sudbury, où il dirige le programme de doctorat en sciences humaines. Il poursuit des recherches en sociologie des communications et en sociologie économique.

 

 

 

 


Un quai entre deux mondes

ALAIN DOOM

THÉÂTRE

 

Une femme et un homme s’engagent dans un jeu de séduction qui les mène à révéler leurs instabilités et angoisses viscérales.

Au milieu de la mer, sur un bateau, un quai, une plage ensanglantée ou encore sur le sol froid d’une cuisine, ELLE et LUI tentent de créer un espace, entre mémoire et fantasme, entre souvenir et dessin à la craie, entre départ et saut dans le vide, où rencontrer l’autre et laisser s’exprimer la spontanéité du désir.

 

Pièce à l’univers obsessionnel, Un quai entre deux mondes explore le déracinement et l’enracinement comme deux chimères trop souvent bercées de mensonge et d’illusion.

122 pages︱1er mai

Papier︱978-2-89744-114-2︱16,95$︱Numérique 12,99$

ALAIN DOOM comédien et auteur dramatique, est le directeur du Programme de théâtre de l’Université Laurentienne de Sudbury. Sa première pièce Un neurinome sur une balançoire (Prise de parole) a remporté le prix Émergence AAOF et a été finaliste au prix Trillium.

 

 

 

 

 


DES PRIX ET DES NOMINATIONS !

Les auteures et auteurs de la maison remportent des honneurs!

 

AURÉLIE LACASSAGNE pour Perspectives créoles sur la culture et l’identité franco-ontariennes, prix Communications et Société 2018, catégorie essai (ex æquo)

DANIEL H. DUGAS pour L’esprit du temps / The Spirit of the Times, prix Éloizes, Artiste de l’année en littérature

AURÉLIE RESCH, nommée au prix littéraire Trillium pour son recueil de nouvelles Sous le soleil de midi

SYLVIE BÉRARD, nommée au prix de poésie Trillium pour son recueil Oubliez

 

 

Relations avec les médias :

Stéphane Cormier • 514.975.7371

scormier@prisedeparole.ca

Copyright © 2018 Éditions Prise de parole, Tous droits réservés.

Vous recevez ce communiqué parce que vous êtes un média traitant du livre, ou parce que vous êtes une personne ou une entreprise qui avez un intérêt pour nos publications et/ou l’industrie du livre.